Test d’hydroponie pour mes orchidées

Dans la rubrique slowlife je vais vous parler d’une de mes passions : les plantes, plus précisément les tests de boutures de plantes vertes, plantes à fleurs et succulentes !

A ce propos je vous partage une découverte géniale sur Facebook la page Troque ta Plante qui permet d’échanger gratuitement des boutures ou des plantes et ce par région/ville : je suis complètement fan ! J’ai donc commencé quelques trocs de boutures et d’autres se profilent déjà, aussi pour m’organiser je note tout dans un joli carnet au look de circonstance.

Si vous souhaitez découvrir toute mes petites protégées vous pouvez les voir sur cette page


Mais revenons à nos orchidées et à la thématique du jour : l’hydroponie ! Tout a commencé avec cette orchidée moribonde que j’ai récupérée et qui avait subit pas mal de traumatismes, d’abord une brûlure au soleil, puis une immersion prolongée dans l’eau et enfin une attaque par un escargot qui a dévoré la seule feuille qui n’était pas abîmée.

Après l’avoir soignée et rempotée dans un pot et substrat adéquat, elle a perdu ses deux feuilles brûlées abîmées mais niveau racines toutes semblaient mortes. Aussi j’ai cherché sur le net comment sauver une orchidée n’ayant plus de racines : la culture en hydroponie semble être une solution.

L’hydroponie en deux mots : c’est quand une plante (ou légume) pousse sans terre ou terreau, elle s’alimente juste avec un substrat liquide ou de l’eau additionnée d’engrais ou de nutriments spécifiques à l’espèce.

Comment ça marche ?  L’orchidée est dans un pot rempli uniquement de billes d’argiles qui par capillarité vont s’humidifier (grâce aux perforations du contenant) ainsi le taux d’hygrométrie est constant sans pour autant détremper les racines et éviter la moisissure de celles-ci.

Etape 1/ Pour commencer les orchidées ont été baignées dans une eau tiède avec un peu de citron bio (une eau différente pour chaque car l’orchidée est très sensible aux virus) et débarrassées des racines mortes avec un sécateur stérilisé.

Etape 2/ Il ne faut absolument pas que les racines ou la base de l’orchidée touche l’eau directement aussi pour installer ces belles il faudra un pot de fleurs assez haut, transparent et avec des trous pour que les racines respirent. N’ayant pas cela sous la main j’ai eu l’idée de prendre des bouteilles d’eau minérale dont j’ai coupé la partie haute et percé le fond et le pourtour en bas de la bouteille.

Etape 3/ Ensuite j’ai rincé des billes d’agile (mélange de plusieurs tailles de chez Botanic) que j’ai disposées jusqu’à la moitié de mon contenant, puis j’ai mis délicatement l’orchidée en prenant soin de diriger les racines vers le côté pour qu’elles prennent la lumière au travers du pot. Pour celle qui n’avait pas racine la question ne s’est pas posée.

Etape 4/ Puis j’ai complété avec les billes d’argiles en tapotant régulièrement le pot pour tasser les billes et mieux maintenir l’orchidée, pour terminer j’ai déposé le pots dans un récipient avec de l’eau (et toujours un peu de citron) à hauteur de 2cm, par la suite je rajouterai un peu d’engrais liquide à cette eau.

Et voilà les orchidées installées en hydroponie, elles sont dehors pour le moment à la lumière mais à abri du soleil direct. De gauche à droite : la phalaenopsis survivante débarrassée de sa hampe, une autre phalaenopsis qui a fait 3 nouvelles feuilles cet été, l’orchidée bambou/dendrobium qui a fait un bébé (voir photos). J’ai vraiment hâte de voir la suite d’autant plus que j’ai mis mes toutes mes orchidées dans ce mode de culture…bien sûr je vous montre le résultat dans les semaines à venir 😉

QUELQUES ASTUCES

  • Un peu de citron dans l’eau du substrat (les orchidées n’aiment pas l’eau calcaire)
  • Ou utiliser de l’eau faiblement minéralisée (Mont Roucous par exemple)
  • Nettoyer les feuilles avec de la bière nourrit les feuilles et éloigne les nuisibles
  • Des tâches marron sur le feuillage ? tamponner avec un peu de cannelle sur un coton.

 

Minimalisme au bureau 

Dans notre nouveau chez nous je n’ai pas de bureau aussi il a fallu caser les papiers et archives dans la bonnetière (que j’ai relooké en étagère) c’était le moment de trier les papiers (voir combien de temps conserver les documents) et d’organiser tout cela en mode minimaliste :

  • remplacement des classeurs par des grands classeurs blancs (1,99€ promo site Cultura)
  • organisation des livres par thèmes
  • suppression de tous les objets superflus

Dans un coin la coiffeuse de l’arrière grand-mère du Périgord fait office de mini bureau, à l’intérieur du tiroir j’ai mis un range couverts qui ne servait pas pour organiser les fournitures, voici quelques photos :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Recette du Ghee (beurre sans lactose)

Voici la recette du Ghee, un aliment qui vient d’une discipline Indienne très ancienne : l’Ayurvéda, j’espère que vous apprécierez cette recette, n’hésitez-pas à me faire part de vos impressions.

Avantages du Ghee : pour cuisiner il donne un bon goût de noisette et surtout il ne brûle pas, même à très haute température, donc impeccable pour saisir la viande et rôtir les légumes sans aucune toxicité (contrairement aux huiles ou beurre classique).

Il en faut très peu ce qui est assez économique et cerise sur le gâteau => c’est un beurre sans caséine de lait donc impeccable si on doit éradiquer le lactose de son alimentation.

Cet aliment sacré en Inde et préconisé dans la médecine Ayurvédique pour ses capacités à guérir et prévenir de nombreux maux ainsi qu’en utilisation pour les soins du corps, pour en savoir plus voir ICI

Cru (dans les pâtes par exemple), à tartiner, ou en cuisson c’est vraiment délicieux,  à vous de jouer pour faire votre propre Ghee !


The recette

  • Ingrédients : une plaque (ou deux) de beurre doux bio + de l’eau
  • Ustensiles : 2 casseroles pour le bain-marie, 1 cuillère à soupe, un bocal

Il y a plusieurs méthodes pour fabriquer son GHEE, pour ma part j’utilise cette méthode très simple :
1/ Mettre une grosse plaque de beurre doux bio dans une petite casserole, déposer cette casserole avec le beurre dans une grande casserole avec de l’eau à mi-hauteur (bain-marie) et faire chauffer le tout à feu très doux.
2 / Une écume (les impuretés) va se faire sur le dessous il faudra l’enlever au fur et à mesure (rincer la cuillère en cours d’opération si nécessaire) lorsqu’il n’y a plus cette mousse blanche il restera le beurre fondu (couleur or) et un dépôt au fond contenant la caséine/protéine de lait/eau.
3/ Vous n’avez plus qu’à transvaser ce liquide couleur or en prenant soin de ne pas mettre le dépôt du fond (c’est assez simple rassurez-vous) On peut utiliser un linge fin ou un filtre à café pour un filtrage encore plus précis mais c’est une étape qui n’est pas indispensable si on procède tranquillement à l’opération.

Attention ! En fonction des marques de beurre il se peut qu’il n’y est pas le dépôt blanc sur le dessus donc si vous ne voyez rien au bout de dix bonnes minutes passez directement à l’étape 3

Et voilà votre Ghee Bio maison est prêt, il va se solidifier en fonction de la température et se conserve au frigo comme à température ambiante (à l’abri de la lumière) sans aucun danger et ce pendant des semaines.

Ghee terminé – Crédit photo minimalisme-toulouse